Les troubles du comportement alimentaire

Que sont les TCA ?

Les troubles de l’alimentation (ou du comportement alimentaire) désignent des perturbations des habitudes alimentaires « normales » ou encore spontanées. Ils entraînent souvent des répercussions néfastes sur la santé et découlent de problèmes plus profonds et antérieurs à lavolonté de maigrir dans le présent.

Boulimie et anorexie, les troubles les plus communs

Parmi les TCA les plus répandus on trouve la boulimie et l’anorexie souvent engendrés par la peur de grossir et le contrôle qu’elle implique.

La boulimie se caractérise par des crises de perte de contrôle totale sur l’alimentation. Durant ces crises, l’individu va ingurgiter des quantités de nourritures démesurées, elles se soldent par des vomissent provoqués ou spontanés. La boulimie est difficile à détecter car les personnes malades cultivent le secret et font tout pour ne pas être vues en pleine crise.

L’anorexie est provoquée par une peur hors norme de grossir et le besoin de contrôler ce qui rentre dans le bon ou le mauvais cadre. Outre l’alimentation, ce trouble affecte aussi le comportement des individus touchés. Ils sont souvent hyperactifs, ressentent le besoin de pratiquer des activités physiques à l’excès et de boire beaucoup de liquides. L’anorexie a des répercussions sérieuses sur la santé (dénutrition, aménorrhée …).

D’autres troubles alimentaires moins connus

Mais on trouve aussi des cas de TCA moins médiatisés. C’est le cas de l’hyperphagie impliquant le grignotage compulsif hors des repas qui peut entraîner un surpoids notable. Ou de l’orthorexie, caractérisée par le besoin obsessionnel de se nourrir de façon diététique, entraînant culpabilité lors des écarts et mépris pour ceux qui ne respectent pas la même « hygiène » alimentaire.

Les personnes souffrant de ces troubles se retrouventla plupart du temps isolées socialement. Elles se coupent de leurs besoins dominants (personnels, relationnels, sociaux,…)  pour satisfaire le TCA (manger en grande quantité, contrôler la nourriture,…) et surtout, pour ne pas trop ressentir l’angoisse à l’origine de ces troubles.

Qui peut être touché par les troubles de l’alimentation ?

Derrière les troubles du comportement alimentaire il y a généralement un problème d’estime et d’image de soi dont l’origine est souvent ancienne. Ce manque de confiance interne est relayé par des messages de société normalisant et culpabilisant (culte de la minceur, le « bon » et le « mauvais » développement de la jeune fille) et par la période de transition difficile qu’est l’adolescence. N’importe qui peut développer des TAC, enfants, adolescents et adultes, femmes et hommes.

Qu’est ce qui peut déclencher un trouble alimentaire ?

De tels troubles alimentaires peuvent être déclenchés dans différents contextes  mais ce type de trouble n’arrive pas « par hasard ». Sans parler de choix conscient, la personne qui développe un TCA va sélectionner le canal de la nourriture pour exprimer quelque chose qui relève de son enfance et de sa petite enfance. Quelque chose de l’ordre du contact qui relève au plus haut point de la fonction nourricière.

Certains traits de caractères peuvent favoriser l’apparition de tels troubles :

  • Etat dépressif ou anxieux
  • Faible estime de soi
  • Perfectionnisme
  • Besoin d’attention et sentiment d’insécurité
  • Traumatisme, violences subies (physiques ou psychologiques)

Les personnes vulnérables peuvent basculer si dans leur vie elles rencontrent un élément déclencheur comme :

  • La perte d’un proche
  • De nouvelles exigences personnelles ou professionnelles
  • La mise en place d’un régime drastique
  • La mise en place de l’identité sexuelle

Des moqueries ou des violences liées au physique

Comment reconnaître un TAC chez soi ou un proche ?

L’un des problèmes avec les troubles alimentaires est qu’ils peuvent se manifester de manière progressive : la victime pense qu’elle garde le contrôle (et veut le garder à tout prix)et /ou utilise des moyens de compensation : Vomissements, activité physique… qui permettent de maintenir le poids d’origine ou méthodes de dissimulation : vêtements amples, manger en cachette, tenues vestimentaires amples…  Dans ce cas, il peut être difficile de reconnaître qu’on souffre d’un TCA ou de le voir chez un proche. La famille peut également avoir des difficultés à les admettre puisque c’est bien souvent dans la famille que ces troubles démarrent et se développent.

Voici cependant certains signes qui peuvent donner l’alerte :

  • Grande préoccupation pour son alimentation et son poids (compter systématiquement les calories, être trop réceptif aux avis extérieurs sur son apparence)
  • Changements dans les habitudes alimentaires (repas sauté, importante réduction des quantités mangés ou inversement, alimentation sélective)
  • Isolement social, crise de colère, refus de reconnaitre le problème
  • Malaises fréquent ou inexpliqués

Amaigrissement et tentative de le cacher par des vêtements amples ou plusieurs couches d’habits

Accepter de se faire aider pour lutter contre ses troubles alimentaires

Il peut être très difficile d’admettre ou même parfois d’être conscient qu’on souffre d’un trouble du comportement alimentaire. Pourtant, c’est la première étape vers la guérison, accepterqu’il y a un problème.

Il faut ensuite oser en parler, à ses proches, à son médecin traitant, ou à un thérapeute spécialisé, le plus important étant de se sentir en confiance avec la personne que vous choisirez.

Aider un proche à vaincre ses TCA, que faire / ne pas faire ?

La première chose à faire (et sans doute l’une des plus difficiles pour un proche et notamment les parents de victimes de troubles alimentaires) est de ne pas juger la personne. Par exemple, ne pas lui prodiguer des « conseils » comme « moi à ta place je ferais ça … » « tu devrais faire ça… » etc. Même s’il y a volonté d’aider, vous ne ferez que renforcer son idée qu’il ou elle n’est pas assez bien (estime de soi) et cela conduira à une perte de confiance et à l’isolement, ou au contraire à renforcer le contrôle de la personne sur son trouble.

Au contraire,redonner à l’autre l’envie de renouer avec les autres, le sentiment d’être accepté et d’être apprécié tel qu’il ou elle est. Cela demande d’y aller progressivement et de l’inciter à se confier (à un proche dans un premier temps puis à un professionnel de la relation d’aide).

La patience, l’écoute et l’empathie seront des éléments déterminants pour venir en aide à la victime de troubles du comportement alimentaire. Bien souvent, l’aide d’une personne tierce, neutre par rapport à l’environnement familial, sera nécessaire au soutien de la personne qui souffre de TCA. Cette personne devra proposer un cadre suffisamment sécurisant pour que le patient se sente en confiance et aborde les angoisses qui ont fait naître les TCA.

Consulter un thérapeute spécialiste des troubles alimentaires

Si vous ou l’un de vos proches a besoin de l’aide d’une thérapeute spécialiste des TCA vous pouvez me joindre par téléphone au 06 12 83 56 69 ou par mon  formulaire de contact pour prendre rendez-vous à mon cabinet.