Qu’est –ce que la psychothérapie ?

Historiquement, nous pouvons dire que la psychothérapie est née des travaux de Freud (psychanalyse), le terme lui-même ayant été créé par Hippolyte Bernheim (hypnose).

La médecine de l'époque ne comprenait pas qu'une personne sans cause physiologique puisse présenter les symptômes de maladies, de handicaps...

Freud a découvert comment le psychisme de la personne pouvait somatiser, exprimer avec des maux ce qui n'arrivait pas à s'exprimer par des mots.

Nous pourrions donc redéfinir la psychothérapie par :l'aide d'un psychopraticien à une personne en souffrance, qu'elle soit psychologique ou parfois physique, afin qu'elle trouve ses propres ressources pour résoudre ses difficultés par des moyens psychothérapeutiques (la parole, la relation, les techniques).  

On peut dire que l'être humain est un être psychosomatique : il est esprit et corps, et il y a interaction continuelle entre les deux et dans les deux sens.

La psychothérapie est donc l'approche de la globalité de l'être humain par le biais du psychisme, approche qui se doit d'être complémentaire et non concurrente de l'approche par le biais du corps.

Comment la psychothérapie peut-elle m’aider ?

Nous traversons tous à un moment ou un autrede notre vie, des épisodes difficiles, qui parfois, peuvent nous ébranler profondément et durablement. Cela peut se jouer dans la prime enfance, mais aussi tout au long de notre existence (traumatisme, dépression, chômage, deuil, séparation…). Et ses manifestations peuvent prendre de multiples visages : anxiété, mépris de soi, burn-out, phobie, troubles du comportement alimentaire… Tout l’intérêt d’une psychothérapie réside dans le chemin parcouru par le patient, en compagnie et avec l’aide de son thérapeute. Plus qu’un chemin, c’est un véritable voyage intérieur qui se déroule au long cours avec ses moments de doute, de colère, d’apaisement, d’éclaircissement, de sérénité… Bref, une aventure humaine passionnante, stimulante, consolante et parfois déroutante, mais qui au fil du temps, vous ouvre la voie de votre propre chemin de vie.En ce sens, nous pouvons dire que la psychothérapie est une mise en mouvement vers soi.

Qu’il s’agisse d’enrichir son identité, de se développer ses ressources, d’apprivoiser ses angoisses, d’apaiser son rapport à la parentalité, ou encore d’améliorer ses relations avec les autres…, les raisons qui amènent un patient à démarrer une psychothérapie sont multiples. Mais à la différence des thérapies brèves ou du coaching dont la durée est fixée dès le départ, la psychothérapie utilise le temps comme principal allié pour effectuer un travail en profondeur afin d’ancrer durablement le changement dans votre vie et vous aider à passer des caps difficiles. Ainsi vous devenez ou redevenezle créateur de votre propre vie.

Les 5 grands courants de la thérapie

En France, nous distinguons traditionnellement les thérapies suivantes :

  • La psychanalyse, dont le but thérapeutique principal est la connaissance de soi par la mise à jour du refoulé et la résolution de conflits inconscients. L’axe de travail est horizontal, c’est-à-dire que la compréhension du présent se fait à partir du passé. L’accent est mis sur l’intrapsychique du patient. La posture du thérapeute va s’orienter vers une écoute flottante, une neutralité afin de favoriser un écran de projections du patient vers le psychanalyste.

Cette thérapie se fait sur du long terme.

  • Les « TCC » ou les thérapies coginitivo-comportementalistes : L’objectif thérapeutique est le changement de comportement, la disparition du symptôme et la mise en place de nouveaux apprentissages. L’axe de travail est horizontal, les apprentissages passés étant ceux qui permettent la compréhension du présent. L’hypnothérapie est un exemple de TCC et est adaptée à des personnes qui souhaitent aller vite et prêtes à se mobiliser.

 

  • Les thérapies humanistes et existentielles : L’enjeu de ces thérapies est la réalisation de soi et l’authenticité via la mise en mouvement vers ses besoins. L’axe de ces thérapies est vertical, au sens où le patient travaille de plus en plus en profondeur, en se connectant à ses blocages et à ses angoisses. Le passé est utilisé à partir du moment où il est actualisé  et se joue dans le présent. La posture du thérapeute est soutenante. Il est impliqué dans la relation pour en faire un levier de prise conscience de l’ici et maintenant.

C’est une thérapie à moyen long terme et qui est adaptée à toutes les personnes voulant se développer et prêtes à se mettre en mouvement, dans le présent et pour l’ensuite(mises en actions, créativité, travaux expérientiels,…).

 

  • Les thérapies systémiques/ familiales : Ici, l’objectif est de rétablir le « bon » fonctionnement du système (famille, groupe, entreprise,…) et de permettre une meilleure communication entre les membres de ce système. La courbe du temps est centrée sur le maintenant, dans l’interaction du moment. Plutôt sur le moyen terme, l’observation, la facilitation, parfois la directivité mais aussi la déstabilisation font partie de la posture du thérapeute. Toute personne rencontrant une problématique en lien avec du relationnel au sein d’un groupe donné peut faire appel à ce type de thérapie qui se réalise plutôt sur du court/moyen terme.

 

  • Les thérapies psychocorporelles : Ces thérapies visent l’harmonie et la fluidité entre le corps et l’esprit. Elles s’adressent à des personnes rencontrant des difficultés qui se manifestent dans et / ou par le corps et qui ont perdu le contact avec leur corps. L’axe de travail est plutôt horizontal, travaillant sur le passé pour comprendre le présent et le vivre corporellement différemment.  La relaxation, le travail avec l’eau, les massages… sont des exemples d’outils pour travailler sur court et moyen terme.

 

La présentation de ces courants n’est pas exhaustive, elle tente de simplifier et de rendre accessible au lecteur voulant se faire accompagner la plus adaptée des thérapies. Néanmoins, on a pu constater que ce qui fait l'efficacité d'une psychothérapie est beaucoup moins la théorie et les  techniques utilisées que la relation de confiance qui s’instaure entre le patient et son thérapeute et le fait que le thérapeute a pleinement intégré la théorie et les techniques qu'il utilise en accord avec ses propres valeurs et philosophie.

Il est par ailleurs impératif qu'il ait entrepris une psychothérapie pour être au clair avec lui-même et qu'il soit supervisé dans sa pratique.

Le métier de Psychopraticien

Un psychopraticien est un praticien de la psychothérapie. Il s’agit d’une profession « libre »,à l’instar de la psychanalyse(et contrairement aux professions réglementées telles que les psychologues, les psychiatres ou depuis peu les psychothérapeutes). Les pairs ont dans cette profession un rôle de régulation et de contrôle via les fédérations ou les associations professionnelles qui proposent toutes un processus d’accréditation.

 

Pratiqué selon une déontologie personnelle et professionnelle, le métier de psychopraticien s’exerce à la suite d’une : 

  • D’une Formation théorique sur une ou – la plupart du temps – plu­sieurs méthodes de psychothérapies, toutes fondées sur des théories psychologiques.
  • D’une formation ou après une pratique professionnelle avérée de l’écoute, de l’accueil, et de la prise en compte de la relation humaine.
  • D’un travail sur soi, incluant une thérapie personnelle, tout au long de son parcours.

 

En outre, les psychopraticienspeuvent adhérer à des associations professionnelles qui ont toutes un processus de contrôle de leur pratique qui consiste soit à consulter régulièrement un confrère plus expérimenté, appelé superviseur, soit se réunir avec d’autres confrères dans ce que l’on appelle des covisions, réunions qui servent à échanger sur sa pratique.

 

Se faire accompagner par un psychopraticien, c’est se faire aider par quelqu’un qui s’est formé en conscience à un ou plusieurs courants thérapeutiques, les intégrant dans sa pratique à l’aune de ses valeurs et de sa conception humaniste de l’accompagnement.

 

Pour en savoir davantage sur les différentes appellations et les différents métiers de la relation d’aide, vous pouvez vous référer à cet article.

Pauline Conti - Thérapeute à Paris

Mon parcours académique et professionnel

Après une maîtrise en Droit et un Master en RH, j’ai commencé mon parcours professionnel dans les Ressources Humaines, au sein de moyennes et de grandes structures de services (informatique, santé). J’y ai rempli des missions de développement des compétences autour de la formation, du recrutement et de la gestion des carrières pendant plus de dix ans. 

En parallèle, à un moment compliqué de ma vie personnelle, j’ai ressenti le besoin de me faire accompagner. Au début de ce parcours, j’ai découvert la Gestalt, une approche thérapeutique de l’ici, du maintenant et de l’ensuite. Cela a été une véritable rencontre, d’abord avec moi-même puis avec le métier de la relation d’aide orientée vers les ressources et la liberté du patient. Quand je me se suis sentie prête, j’ai décidé de me former, d’abord à la Gestalt (Ecole Parisienne de Gestalt) puis au Coaching à l’Université Paris II. J’enrichis régulièrement mon approche par des enseignements (pratiques narratives, psychopathologie) et par des groupes de pratique qui sont complémentaires du travail de développement personnel que je suis depuis plus de 10 ans. 

Ces formations suivies en continu me nourrissent à titre personnel et servent au quotidien ma démarche d’accompagnement. J’ai très vite relié certains enseignements pour en faire ressortir un symbole qui a du sens pour moi : L’identité. Pourquoi ? L’identité d’une personne parle de son histoire et de ce qu’elle en fait, de ses valeurs, de ses actions. Cette identité lui servira de source quand il s’agira de se rappeler d’où elle vient et lui servira de guide pour la conseiller dans ses choix et l’aider à traverser les moments difficiles. J’aide mes clients, adultes et adolescents, à s’approprier leur identité, à l’enrichir. Pour cela, je me repose sur une approche humaniste, considérant l’autre dans sa globalité et dans toutes ses dimensions (émotionnelle, spirituelle, physique, intellectuelle). Ma conception de l’accompagnement repose sur le principe que le lien lui-même est agissant, c’est pourquoi la relation qui se crée entre le client et le praticien est le premier « outil » au service du changement et du mouvement vers soi.

Ma pratique est régulièrement supervisée par un gestalt thérapeute. Je suis membre de l’association PsY en Mouvement.

Vous souhaitez me contacter et/ou prendre rendez-vous ?

Pour cela rien de plus simple, vous pouvez, soit me joindre via le formulaire de contact, ou prendre rendez-vous directement par téléphone au 06 12 83 56 69.

Les séances ont lieu dans mon cabinet qui se trouve près de Bastille au : 51 rue de Sedaine (Métro Bastille, Bréguet-Sabin ou Voltaire).